Foire aux questions

Attention, ces réponses sont formulées en fonction de la réglementation applicable en Wallonie.

 

Y a-t-il des religions qui n’acceptent pas la crémation ?

En effet, certaines religions n’acceptent pas la crémation comme mode de funérailles pour les défunts, notamment :

  • Le Judaïsme
  • L’Islam
  • L’Eglise orthodoxe
  • Le Bahaïsme
  • Certaines traditions africaines

Comment se déroule une crémation ?

Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas de flamme lors de l’introduction du cercueil dans l’appareil de crémation.

L’appareil de crémation est préchauffé à une température avoisinant les 800°C. Le processus de crémation dure approximativement 1h15. Après un temps de refroidissement, les cendres sont ensuite pulvérisées et recueillies dans une urne cinéraire.

Pourquoi doit-on enlever les prothèses cardiaques ou tout autre élément fonctionnant au moyen d’une pile ?

Il est indispensable de retirer les prothèses cardiaques (pacemakers) ou tout autre élément fonctionnant au moyen d’une pile afin d’éviter une explosion au cours de la crémation. Le souffle causé par l’explosion de la pile au lithium peut en effet provoquer d’importants désordres au niveau de l’appareil de crémation, voire sa destruction, et être dangereux pour le personnel.

Cette situation peut entraîner un traumatisme moral pour la famille du défunt, dont le travail du deuil sera entaché par cet incident.

D’autre part, l’explosion nécessite un arrêt complet de l’appareil de crémation le temps des réparations, pénalisant les familles qui avaient déjà réservé une crémation dans l’établissement, les mettant également dans une situation morale très difficile dans le cas où le crématorium ne dispose que d’un appareil.

Qui choisit le mode de funérailles ?

Conformément à la législation, toute personne peut, de son vivant, informer par écrit l’Officier de l’Etat-Civil de sa ville de résidence de ses dernières volontés quant à ses funérailles.

L’acte des dernières volontés peut concerner le mode de sépulture, la destination des cendres, le rite confessionnel ou non confessionnel pour les obsèques ainsi que la mention de l’existence d’un contrat obsèques.

Des réceptions de cette déclaration, les choix seront consignés au registre de la population.

A défaut d’acte de dernières volontés du défunt ou d’écrit ayant une valeur testamentaire, les choix liés aux funérailles incombent à la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles.

Qui est la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles ?

La législation Wallonne a apporté des précisions quant à la définition de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles.

Il s’agit en premier lieu de la personne désignée par voie testamentaire par le défunt. A défaut, il s’agit d’un héritier ou un ayant droits. Encore à défaut, la personne la plus proche du défunt lors des dernières années de sa vie, même étrangère à la famille.

Quelles sont les formalités pour la déclaration du décès ?

Lorsqu’une personne est décédée, la déclaration est faite dans les plus brefs délais à l’officier de l’Etat-Civil où le décès s’est produit.

Les déclarants se rendent à l’administration communale pour procéder aux formalités et pour arrêter les dispositions relatives aux funérailles. Lors de cette déclaration, il doit être produit le rapport du médecin qui a constaté le décès, les pièces d’identité et tout autre document administratif utile de la personne décédée.

Comment  obtenir une autorisation de crémation ?

La crémation est subordonnée à une autorisation délivrée par :

-          L’officier de l’Etat-Civil qui a constaté le décès si la personne est décédée dans une commune de la région de langue française.

-          Le procureur du Roi de l’arrondissement dans lequel est situé l’établissement crématoire ou celui dans lequel est située la résidence principale du défunt si le décès a eu lieu à l’étranger.

-          Le pouvoir public compétent pour délivrer l’autorisation de crémation de la région de Bruxelles-Capitale, de la région de langue néerlandaise ou de la région de langue allemande si le décès a eu lieu dans une d’entre elle.

L’autorisation de crémation est subordonnée à une demande. Cette demande peut être un acte satisfaisant  aux conditions de capacités et aux formes d’acte testamentaire. En l’absence de celui-ci, la demande est signée par la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles ou son délégué.

Quelles sont les formalités pour le transport du corps de la personne décédée et de l’urne cinéraire ?

Le transport du corps de la personne décédée et de l’urne cinéraire nécessite une autorisation du Bourgmestre, tant pour le transport sur le territoire communal que pour celui à destination ou en provenance d’une autre commune.

Le transport de corps est assuré par une entreprise, en revanche, le transport de l’urne peut être fait par une entreprise ou par la famille tant que cela se fait avec le respect et la décence dus au défunt.

Quels documents doivent être transmis au crématorium ?

Lors de l’arrivée du défunt au crématorium, l’entreprise de pompes funèbres remet au personnel de l’établissement l’autorisation de crémation et celle de transport de corps.

L’autorisation de transport de corps sera remise à la personne venant récupérer les cendres pour le transport de l’urne.

Quels sont les délais pour effectuer une crémation ?

La législation Wallonne impose d’observer un délai de 24 heures à compter du décès pour la délivrance de l’autorisation de crémation.

La commune de Ciney précise que les funérailles doivent avoir lieu dans les 72 heures suivant le décès. Cependant, ce délai peut être abrégé ou prolongé sur décision du Bourgmestre.

Y-a-t-il des prescriptions particulières à respecter pour la crémation ?

Les caractéristiques du cercueil doivent être conformes à la législation en vigueur. L’emploi de cercueil, de gaines, de linceuls et de produits empêchant le processus normal de crémation est interdit.

Les bijoux doivent-ils être retirés pour la crémation ?

Il n’y a pas de texte légal à ce sujet. C’est une question personnelle. Une fois le cercueil scellé, avant l’arrivée au crématorium, il n’est plus possible de l’ouvrir pour récupérer des objets.

A l’issue de la crémation, il subsiste des éléments métalliques provenant essentiellement du cercueil. Notre société confie le recyclage et la revalorisation en tant que matières premières de ces éléments à un prestataire spécialisé. L’ensemble des fonds générés par cette démarche sont intégralement reversés à l’association caritative Mécénat Chirurgie Cardiaque.

Les fleurs accompagnent-elles le cercueil à la crémation ?

Seul un petit bouquet de fleur est autorisé pour la crémation sur demande préalable des proches. Tout autre objet figurant sur le cercueil ne sera pas crématisé et sera remis à la famille après le moment de recueillement.

Peut-il y avoir des cérémonies religieuses au crématorium ?

Dès lors que la famille souhaite un moment de recueillement, elle est contactée par le personnel du crématorium pour personnaliser celui-ci en fonction de ses attentes et des volontés du défunt.

Le crématorium dispose de différents symboles et objets religieux qui pourront être installés dans la salle de recueillement sur demande de la famille.

Le moment de recueillement peut également être accompagné par un représentant du culte.

Comment être certain qu’il s’agit bien des cendres du défunt ?

Une estampille en céramique numérotée selon l’ordre des crémations accompagne le cercueil dans l’appareil de crémation pour être ensuite placée dans l’urne cinéraire contenant les cendres. Toutes les crémations sont consignées dans un registre avec ce numéro d’ordre.

De plus, le crématorium dispose d’une procédure très stricte pour le suivi du cercueil dans l’établissement.

Quel est le délai pour récupérer les cendres ?

Le délai moyen est de deux heures à compter de la fin de la cérémonie. Pendant ce temps, la famille peut rester au crématorium et disposer d’un espace dans la cafétéria pour partager une collation avec les personnes présentes.

Est-il possible de diviser les cendres ?

La législation wallonne prévoit qu’une partie symbolique des cendres peut être remise aux membres de la famille. Cette disposition ne s’applique pas au fœtus.

Cette disposition n’est applicable que pour les parents, conjoint, cohabitant légal ainsi que les parents et alliés au premier degré. Par conséquent, les frères et sœurs, les grands-parents, les petits enfants et le cohabitant de fait ne peuvent disposer de ce droit.

Quelles sont les destinations des cendres possibles ?

-          L’inhumation de l’urne cinéraire dans une sépulture au cimetière

-          Le placement de l’urne dans un columbarium

-          La dispersion des cendres sur une parcelle du cimetière aménagée à cet effet

-          La dispersion en mer territoriale belge

-          La dispersion sur un terrain privé et en dehors d’un cimetière

-          L’inhumation de l’urne dans un terrain privé et en dehors d’un cimetière

-          La conservation des cendres en un lieu privé autre qu’un cimetière

Le Crématorium de Ciney dispose également d’un Parc Mémorial où sont proposés différents types de mémorialisations tels que la dispersion des cendres, les columbariums, l’inhumation de l’urne au pied d’un végétal ou encore l’inhumation de l’urne dans un caveau à urnes.

Attention : pour la crémation d’un fœtus, une seule destination des cendres est envisageable : dispersion des cendres sur la parcelle des étoiles.

Comments are closed.